Blanche D’Antigny 1840-1874

Biographie de Blanche d’Antigny 1840-1874

Blanche d’Antigny est née le 9 mai 1840 à Martizay sous le nom de Marie Ernestine Antigny, fille de Jean Antigny et Eulalie Florine Guillemain. M. Jean Antigny migre en 1847 à Paris en laissant femme et enfants. Plus tard, la mère de Blanche d’Antigny part également à Paris. Elle confie ses trois enfants, dont Blanche, à sa belle sœur de Mézières en Brenne, Marie Radegonde mariée à Charles Marche. Marie Ernestine alias Blanche d’Antigny s’est élevée dans les rues et les chemins de Martizay jusqu’à l’âge de 7 ans.

En 1858, Blanche d’Antigny débute au théâtre à Paris. Elle a 18 ans! Elle est modèle pour le peintre Paul Baudry pour le tableau « La Madeleine pénitente » (actuellement au musée de Nantes). En fréquentant les grands cafés parisiens et le persona grata du monde du théâtre, elle intègre rapidement ce milieu. Elle suit un amant russe jusqu’à St Pétersbourg où elle joue. Mais elle est renvoyée sur l’ordre de la tsarine pour sa conduite peu orthodoxe. Elle se produit à Hambourg puis à Paris. Elle y concurrence et jalouse Léa Silly, Van Ghell et Hortense Schneider. De succès en succès on lui propose des rôles de plus en plus importants. Elle est très connue du tout Paris.

Elle devint l’une des plus célèbres cocottes et courtisanes du Second Empire et obtint des rôles d’actrice : elle se produisit dans les opérettes de Jacques Offenbach et joua dans tous les théâtres d’Europe. Elle fut l’une des femmes les plus chères de Paris après la Païva.

En 1870 et rejoint Versailles pendant l’épisode de la Commune. Lâchée par son amant banquier-protecteur, elle part faire fortune à l’étranger. Elle entame une tournée au Caire et à Alexandrie. De retour à Paris, elle vit au Grand Hôtel du Louvre.

Atteinte de la fièvre typhoïde, elle meurt le 30 juin 1874 à 32 ans au 93 boulevard Haussmann. Un des quartiers les plus en vue en cette fin du XIXème siècle.

Émile Zola utilisa la vie de Blanche d’Antigny pour écrire un de ses plus illustres épisodes des Rougon-Macquart, son fameux roman « Nana ».

Blanche d'Antigny Blanche d'Antigny Blanche d'Antigny